Mon grand-père habitait une petite maison discrète, en haut d’une colline, juste à l’entrée de la forêt.
Il avait trois vaches, deux cochons et une dizaine de poules.
Son potager produisait de succulents haricots, et l’odeur de son figuier embaumait tout le verger.

Hormis cela, il ne possédait pas grand chose.
Un simple couteau pour partager le pain et tailler le bois.
Un fusil pour dissuader les brigands.
Un accordéon pour nous faire rire et chanter.
Et un costume pour aller à la messe.
Presque rien, en somme.

Et pourtant, mon grand-père a survécu aux hivers assassins et aux années sans récoltes.
À deux guerres mondiales et à plusieurs épidémies.
Aux blessures et aux incendies.
Au Mal et à ses épreuves…

Aujourd’hui, le milieu « survivaliste » s’enorgueillit de ses possessions.
Il filme ses gadgets, les dissèque sur YouTube, les compare avec ceux du voisin, écrit de longs articles émaillés de termes techniques pour démontrer à quel point tel nouveau sac « tactique » ou telle paire de lunettes de soleil lui donnera un avantage décisif, en cas de « rupture de la normalité »…
L’intention légitime de se préparer au pire s’est transformée en frénésie de consommation, et le marketing s’est jeté sur ce marché avec l’avidité féroce d’un prédateur ayant repéré une proie étourdie.

Mon grand-père, lui, n’avait pas tout ce matériel.
Il avait sa terre.
Il avait son clan.
Son foyer.
Son courage.
Son savoir.
Il connaissait la période des semences et le mouvement de la faux, le nom des arbres et l’emplacement des sources, la caresse qui soulage la vache qui vêle, et le coup qui fend la pierre.

Dans les moments les plus sombres, dans la douleur et l’affliction, il se raccrochait à ses connaissances, à ses valeurs, à l’héritage qu’il devait préserver et à celui qu’il nous léguerait.
Et cela lui a permis de survivre.
Comme son père.
Et le père de son père avant lui.

Ce n’est pas ce que vous avez qui vous sauvera.
C’est ce que vous savez.
Ce en quoi vous croyez.
Ce que vous transmettez.

C’est ce que vous êtes.

Thomas Wanter

Laisser un commentaire