Un cendrier froid bat tout bas,
Là, sous ma peau couleur mégot,
Je cuisine au vin mes abats,
Je suis un ténor de l’argot.

Au cimetière Montparnasse
Va voir ! ma tombe fume encore !
Quelques cons et quelques connasses,
La prennent pour un sémaphore.

Haut, tous mes bas et mes ébats,
J’ai chanté aux tympans bigots,
Mon talent a fait un tabac,
Dans les cabarets parigots.

Devant un groupe de bidasse
J’ai repris l’hymne tricolore,
J’ai même traité de pouffiasse,
Des stars belles comme l’aurore.

Ma cibiche était un tuba,
Et le whisky c’était mon eau,
Le crépuscule mon branl’bas,
J’étais le roi des mendigots.

Ma crasse était une cuirasse,
Contre les crétins carnivores,
Je me torchais avec des liasses,
Par amour de la métaphore.

De mon nuage de fumée,
Là haut, moi l’Ordure dorée !
J’orage et je tempête sec,
Où est passée Paris… les mecs ?

Romain Guérin