Pour ceux qui auraient raté la Une de Libé, journal bien connu pour sa neutralité idéologique (rires enregistrés), celle-ci affirme, gros titres à l’appui, qu’un collectif d’artistes se serait engagé en faveur du jeune Théo – et tant qu’à faire, rajoutons aussi Adama dans l’histoire.

Ils y rédigent une sorte de tribune dans laquelle ces grands penseurs ont l’outrecuidance, outre le fait de dénoncer les « habituelles bavures policières » (on connait le refrain), de vouloir donner des directives à la police afin que les interpellations se fassent dans la plus grande convivialité… Jugez plutôt :

Affaire Théo : les artistes se mobilisent contre les violences policières (LE POINT)

Vouvoiement obligatoire, plus de police de proximité et j’en passe… inutile de revenir sur les propositions toutes plus ubuesques les unes que les autres. Passée l’irritation légitime provoquée par ce genre de pamphlet parfaitement ridicule, il convient de se poser les vraies questions : A qui profite le crime ? On l’a bien compris, la morale supérieure dont se revendiquent les pseudo-artistes n’entre évidemment pas en jeu, ce qui compte c’est de protéger et flatter leur public, constitué en grande partie de ces banlieusards qui achètent leurs cds ou regardent leurs films (mais qu’ils évitent soigneusement de côtoyer au quotidien). Nonobstant les multiples émeutes qui mettent les banlieues parisiennes à feu et à sang depuis le début du mois, les stars continuent leur petite promo, n’hésitant pas à verser dans la démagogie la plus crasse afin de s’assurer le soutien de leur clientèle régulière.

Faisons nous l’avocat du Diable et admettons que d’un point de vue purement économique, cela peut se comprendre : après tout ils doivent entretenir leur château, leurs cinq piscines et leur collection de véhicules de sport. Par contre d’un point de vue moral, vu la période qu’on peut qualifier de volcanique, cela commence à être extrêmement limite : Jusqu’où ces gens-là seront ils prêts à aller pour faire leur beurre ? N’est-ce pas (déjà) beaucoup trop loin ?

Puisque cette comparaison plait beaucoup à nos ennemis idéologiques, je me permettrais de la reprendre à mon compte pour cette fois : le comportement d’artistes complaisants face à ceux qui envahissent le territoire national et le conquièrent par la force, ça ne vous rappelle rien ? Pas même les « heures les plus sombres » ?
Allez, un petit indice :

LES ARTISTES FRANÇAIS SOUS L’OCCUPATION

JOE BAUERS