Redécouverte en 1987, la ville mystérieuse d’Arkaïm, située dans les montagnes de l’Oural (Chelyabinsk oblast, juste au nord du Kazakhstan) daterait d’il y a 5000, voire de 7000 ans.

Elle fut surnommée « Swastika City » (ou parfois « Mandala City ») en raison du plan d’ensemble qui apparait vaguement comme une swastika arrondie (similaire a un lauburu) et surtout à cause des nombreuses poteries couvertes de swastikas qui ont été découvertes sur le site.

Arkaïm (Ar-ka signifie Ciel et Im signifie Terre) fut construite par la culture Sintashta, un peuple Proto-Indo-Européen. Certains pensent que ce serait l’ancienne capitale de la civilisation aryenne primordiale, telle qu’elle est décrite dans les Védas. Arkaïm est un des sites archéologiques les plus énigmatiques d’Europe, et curieusement, son existence (réelle, pourtant) est ignorée par la plupart des sources officielles historiques. Comme si le fait qu’elle existe ne méritait pas qu’on l’étudie.

La découverte d’Arkaim confrme l’analyse de Bal Gangadhar Tilak, un mathématicien et astronome indien dans son célèbre ouvrage « The Arctic Home in the Vedas« (1903) qui fut le premier à démontrer que le Pôle Nord était l’habitat originel des Aryens durant la période pré-glaciaire, à la fin de laquelle ils durent partir (autour de 8000 ans avant l’ère chrétienne) pour migrer vers l’Europe de l’Ouest, l’Asie Centrale et l’Inde du Nord.

Un Observatoire Astronomique

En réalité, il semble que Arkaïm ait été un temple et un observatoire astronomique. L’observatoire d’Arkaïm permettait l’observation de 18 phénomènes astronomiques, utilisant 30 éléments.

En comparaison, Stonehenge ne permettait l’observation que de 10 phénomènes astronomiques, utilisant 22 éléments. Stonehenge ne fournit qu’une précision de 10-arc minutes au degré, alors qu’Arkaïm fournit une précision de 1-arc minute. C’est exceptionnel, et cette précision astronomique ne fut dépassée que par l’Almageste en Grèce 2000 ans plus tard.

Les sites d’Arkaïm (il y en a trois, plus d’autres constructions avoisinantes) furent donc délibérement construits pour l’observation astronomique par des tribus apparemment nomades, longtemps avant que la même expertise soit utilisée par les empires fondateurs tels que celui des Egyptiens et les Grecs.

Les cultures « pré-historiques » étaient apparemment beaucoup plus sophistiquées qu’on ne le pense… Bien sur, les chercheurs officiels continuent à maintenir que le terme « Aryen » ne décrit qu’un ensemble de populations ayant un langage commun, plutôt qu’un groupe ethno-culturel bien particulier.

Arkaïm a une structure circulaire coordonnée avec l’ordre des étoiles. Le mur d’enceinte était massif, de plus de 5,5 m de haut et 5 m de largen! Il y avait 4 portes, orientés aux 4 points cardinaux. Il y a 4000 ans, les résidents semblent avoir brûlé le site, puis disparurent, laissant le temple vide.

La facon dont ont été enterrés les chevaux est exactement similaire à ce que les textes indiens décrivent concernant les envahisseurs aryens. Arkaïm pourrait être le témoin d’une civilisation primordiale qui s’est ensuite répandue à travers l’Europe et une grande partie de l’Asie. Leur langue (le Proto-Indo-Européen) a été identifiée comme le précurseur de toutes langues européenes modernes.

Lire la suite sur Viva Europa