Qui est Gauchiste ?

Merci Cédric, pour ta contribution !

 

 

Le gauchiste est d’abord et surtout un ennemi de l’ordre naturel, qu’a produit il y a environ 50 ans la société du narcissisme et de la possession marchande, et nous pouvons estimer son apparition à l’aube des formations de métropoles concentrant le Capital.

 

Il est souvent voire toujours un fils de la bourgeoisie, qu’elle soit de Droite (grands propriétaires fonciers) ou de Gauche (Fonctionnariat) bénéficiant de tous les avantages fiscaux et sociaux, et il a principalement passé son enfance/adolescence entière à recevoir l’aide de ses parents (grande chambre avec bureau, paiement de ses études supérieures pour les « grandes » écoles qui peut comprendre le logement, le scooter, la voiture… lui épargnant les éprouvants week-ends de travail au Mac-Donald…).

 

Conséquence : il n’a aucune notion du surpassement de soi et du travail réel. Comme il a toujours nagé dans le confort, il demeure, même adulte, un enfant désirant garder une rente fiscale et sociale sans fournir de contrepartie d’aucune sorte. Il est habitué à AVOIR, sans effort et sans lutte pour conserver ce qu’il a déjà, ou ce qu’il obtiendra demain, de par son rang ou ses avantages d’employés d’état.

 

C’est pourquoi l’idée d’un ordre naturel récompensant le plus fort lui apparaît comme un danger, comme toute forme de solidarité familiale élargie d’ailleurs (religion, nationalisme) que l’on retrouve plutôt dans le prolétariat, et qui permet à certains éléments issus de ce dernier milieu, de grimper l’échelle sociale autrement qu’en étant déjà né tout en haut…

 

Il a développé une pensée de pure parasite au sein d’un environnement nécessitant le sacrifice des intérêts particuliers pour le bien de l’intérêt général ; il est le contraire absolu de l’Amour, car il reçoit sans rien donner en échange et sans remords, un pur individualisme que Marx avait déjà critiqué dans « Le Capital » comme héritier des « droits de l’homme » débarrassé de toute contrainte de solidarité nationale.

 

C’est l’homme nouveau du système, alourdi d’un désir unique de jouir de ses possessions. Une marchandisation des rapports humains qui sert les intérêts de l’extorsion des plus-values par le Capital, un monde où tout doit devenir marchandise :

 

– L’immigré à exploiter pour ses travaux
– L’homosexuel afin d’ouvrir la Famille au Capital (enfants)
– La féministe sans mari qui multiplie la consommation générale par 2…

 

Bref, une hétérogénéité de la société à de multiples niveaux, qui empêche l’apparition des formes de familles élargies détachées du Capital, et de la valeur d’échange marchand. 

 

Si l’immigration est l’armée de réserve du capitalisme, le gauchiste en est bien son principal garde du corps, veillant toujours à annihiler la rébellion du prolétariat, à la seule fin putride de conserver ses extraordinaires intérêts de classe.

 

Le gauchiste est une mauvaise personne, qui mérite qu’on la méprise, et qu’on la haïsse. 

 

 

Lénine lui-même ne s’y était pas trompé… le gauchisme, maladie infantile du communisme

 

 

Cédric

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article