Quand un lycéen français impressionne les grands noms de l’horlogerie

Cocorico ! Le concours annuel organisé par un grand horloger allemand a été remporté haut la main par un jeune horloger du lycée de Morteau.
Share on FacebookTweet about this on Twitter

« Le meilleur travail jamais présenté dans l’histoire du prix d’excellence F.A. Lange » : les mots n’ont pas été assez élogieux pour récompenser l’ouvrage de Tanguy Huret. Le jeune horloger français a fait l’unanimité devant un jury d’experts réuni il y a quelques jours, dans l’illustre ville horlo-saxone de Glashütte.
La manufacture A. Lange & Söhne y tenait son septième concours horloger annuel. Objectif : détecter les talents de demain. Et pourquoi pas les recruter ? Les jeunes talents de 25 ans à vouloir s’installer en périphérie de Dresde n’étant pas légion, ce concours et sa dotation de 10 000 euros constituent un formidable levier. Et cette année, il aura été remporté haut la main par Tanguy Huret.

 

Le quantième complet parfait ?

 

Son fait d’armes : avoir conçu en six mois son propre quantième complet, fonctionnant comme un quantième annuel et intégrant correctement les durées de chaque mois. De plus, le jeune horloger a présenté une solution techniquement sophistiquée avec trois cadrans superposés, créant un effet esthétique unique.

 

Les membres du jury se sont inclinés devant la qualité de son exécution. À ses premiers rangs se trouvait Walter Lange, 92 ans, membre fondateur de la dynastie horlogère éponyme. À ses côtés siégeait Anthony de Haas, responsable du développement de la manufacture. À leurs yeux, l’élève du lycée horloger de Morteau a largement dépassé les exigences de la compétition, au nombre de quatre : originalité, technicité, qualité artisanale et esthétique.

 

Ben Gierig – Fotografie © Ben Gierig – Fotografie Ben Gierig – Fotografie

La précision allemande à l’honneur

 

Un jour, Tanguy Huret pourra peut-être, à son tour, apporter sa contribution à l’horlogerie A. Lange & Söhne. La marque, bien qu’usant de designs identitaires, reste en perpétuelle évolution technique. Si côté cadran, les variations esthétiques restent infimes, les mouvements maison sont constamment revus et améliorés. En guise de pré-SIHH – le rendez-vous horloger annuel suisse de janvier –, la manufacture a par exemple revu le mouvement de sa Lange 1 Phases de lune. Il reste fondé sur le mouvement de la Lange 1 présentée il y a deux ans, dont il reprend les attributs. Il possède ainsi un double barillet caractéristique offrant une réserve de marche maximale de 72 heures et une grande date sautante ultra-précise. Le reste des nouvelles collections 2017 A. Lange & Söhne sera dévoilé dans trois semaines au SIHH, Salon international de la haute horlogerie à Genève.

 

Le Point

Share on FacebookTweet about this on Twitter