Paysage du Groenland

Paysage du sud du Groenland, où s’implantèrent vers l’an 1000 des colonies Vikings.

En 986 de notre ère, un certain Eric le Rouge cingle sur les eaux démontées de l’Océan Ténébreux. L’homme à la barbe rousse a réussi à convaincre quelques centaines d’Islandais – hommes, femmes et enfants – d’embarquer avec leur bétail sur une poignée de knorrs, de solides embarcations, pour rejoindre cette terre qu’il a explorée plus à l’ouest et qu’évoquent les sagas scandinaves. Un pays couvert de pâturages… Le Green Land (Groenland). Après plusieurs jours d’une navigation difficile, les premières côtes surgissent d’un épais brouillard. Les navires aux proues sculptées d’effrayants monstres marins glissent alors lentement sur les eaux noires des fjords libérés de leurs glaces. Et la réalité apparaît soudain dans toute sa crudité : un littoral peu hospitalier et des flancs de vallées recouverts d’un maigre tapis de bruyère arctique. Les colons n’ont plus qu’à s’en remettre à Odin, Thor ou encore à un certain Jésus, fondateur d’une religion nouvelle à laquelle nombre d’entre eux viennent juste de se convertir… Sur cette nouvelle terre ils parviendront toutefois à s’implanter. Avant de disparaître de façon énigmatique, à peine cinq siècles plus tard.

Très tôt les navires Vikings se sont aventurés en haute mer. Les knorr étaient des navires de charge à bordages à clin (©Mary Evans /Sipa).

Ont-ils été anéantis par les Inuits débarqués dans cette deuxième plus grande île du monde au XIIIe siècle ? L’adaptation aux rigueurs du climat a-t-elle été un échec ? Ont-ils été victimes de la pauvreté des sols ? D’épidémies ? Les résultats obtenus par une équipe d’archéologues de l’Organisation Bioculturelle de l’Atlantique Nord (NABO)qui travaille au Groenland depuis plusieurs années, éclaire d’un jour nouveau cette question de l’éclipse brutale des Vikings du Groenland, l’une des grandes énigmes de l’archéologie scandinave.

Lire la suite sur Sciences & Avenir