Il n’y avait qu’un label indépendant pour se lancer dans cette folle aventure. Delphian Records, audacieuse maison de disques basée à Édimbourg, en Écosse, s’est fait une spécialité de la promotion des musiques expérimentale. Il y a un mois, elle a franchi un nouveau cap en publiant ce qui restera peut-être comme l’album le plus insolite de 2016: Dragon Voices. Exclusivement interprété par le tromboniste et compositeur anglais John Kenny, ce disque propose plus d’une heure de pur carnyx ! Un instrument par deux fois millénaire bien connu des lecteurs d’Astérix, car fort pratiqué par les Celtes et notamment les Gaulois, pour semer l’effroi chez l’adversaire lors des combats.

Le musicien s’est servi de trois instruments reconstitués. Le mythique carnyx. Celui de Tintignac. Et enfin une trompette courbe en bronze du Ier siècle avant Jésus-Christ.

Lire la suite sur Le Figaro

Laisser un commentaire