Le Courage monte au Cœur

Nous sommes en Septembre, en l’An de Grâce 2016. Ce Lundi 26 Septembre sort un site internet. Ce site s’appelle Suavelos. Suavelos est une entité communautaire en ligne, gratuite...

Nous sommes en Septembre, en l’An de Grâce 2016.

Ce Lundi 26 Septembre sort un site internet.
Ce site s’appelle Suavelos.
Suavelos est une entité communautaire en ligne, gratuite et accessible à tous.
Suavelos va nous rassembler et nous expliquer qui nous sommes et ce que nous sommes devenus.
Suavelos ne nous dira qu’une seule chose : voici qui nous sommes.
Suavelos recrute. Son symbole est un Carnyx Gaulois.

 

Quelques mois plus tôt, à la sortie de l’hiver, les Fils de Mars se sont retrouvés dans des hôtels, des bistrots bruyants et des greniers Parisiens pour fomenter. Pendant des heures, ils discutent et travaillent, complotent et élaborent des projets et des stratégies par centaines. Loin des maris galants, des femmes aimantes et des membres de leurs familles, ils se réunissent pendant des heures, parfois des nuits entières pour créer un réseau, un cercle, certains diront une franc-maçonnerie de droite, d’autres parlent déjà… d’une Arche.

 
Pour mener à bien tous ces projets, ils recrutent vite une ligue de gentlemen et de ladies extraordinaires. Ils recrutent et recruteront des héros, les meilleurs, la crème de la crème. Nous allons trouver ces héros, nous regrouper, combattre et vaincre ! Ce sera facile ! Nous avons la foi et l’amour des nôtres pour vaincre nos ennemis. Cette foi et ce désir de vaincre auront donné naissance à Suavelos. Nous avons aussi un symbole et un signe de ralliement.

 
De nos amours et de nos haines, nous ferons naître tant d’autres belles choses.

 

Allons-y alors ! Recrutons des X-Men, trouvons des membres pour notre confrérie, formons la Justice League, assemblons les Avengers ! Nous finirons par nous lasser de voir des super-héros au cinéma mais nous voudrons toujours en avoir dans la vraie vie près de soi. Allons parcourir les contrées de ce territoire nommé France pour rencontrer et recruter des héros. Ils sont bien là, quelque part .La plupart se cachent, certains sont blessés, abîmés, brisés, d’autres veulent juste vivre loin des hommes et loin des responsabilités de la vie moderne. Tout le monde sait que le bateau coule. Tout le monde sent que la guerre va arriver, qu’elle est inéluctable et malgré tout, personne n’est préparé, personne ne se sent prêt à la faire. Les véritables héros sont rares et ils meurent jeunes. Ce n’est pas si facile que ça de recruter des gens extraordinaires.

 

Ils sont parfois difficiles à convaincre ces héros, ou ces personnes ordinaires qui en sont sans le savoir. Les débats sont parfois difficiles. La peur est souvent le premier de tous les arguments pour justifier l’inertie. La peur de perdre, d’échouer face un monstre sans pitié qui ne fera qu’une bouchée de nous, que nous soyons dix ou un million, puisque le combat semble perdu d’avance.
« Ils diront de nous que nous sommes une secte ! Que nous sommes dangereux, violents et manipulateurs !». Peu importe, pensions-nous, il suffira de rester nous-même pour leur prouver qu’ils ont tort. Nous ne perdrons même pas notre temps à les convaincre, la réalité le fera à notre place.
« Nous avons des ennemis puissants ! Ils ne vont pas nous laisser faire… ». Oui, c’est vrai, nos ennemis sont puissants et ont des moyens illimités pour nous détruire. C’est justement ce qui en fait le plus beaux des combats : il n’existe rien de plus satisfaisant que de gagner ou perdre face à un ennemi que l’on croit invincible. Et peut-être viendra le jour où ils nous piégeront et gagneront sur nous mais peu importe ; nous serons tellement nombreux, tellement puissants, tellement vertueux qu’ils ne pourront plus nous arrêter. Nous serons une vague et nous tomberons sur eux comme ils sont tombés sur nous quelques décennies plus tôt. Oui, ce sera long et difficile. Les humains et spécialement les Français, pinaillent tout le temps, trahissent, dépriment, se découragent. Le courage manque. Les dépressions et le manque de courage deviennent nos plus grands ennemis.

 

Un soir de déprime, après une journée de travail interminable, une jeune Bellica blonde nous tend un poème de Paul Déroulède nommé « Le clairon » et nous oblige à lire à haute voix et à nous taire après avoir lu le dernier vers :

 

« L’air est pur, la route est large,
Le Clairon sonne la charge,
Les Zouaves vont chantant,
Et là-haut sur la colline,
Dans la forêt qui domine,
Le Prussien les attend

 

Le Clairon est un vieux brave,
Et lorsque la lutte est grave,
C’est un rude compagnon ;
Il a vu mainte bataille
Et porte plus d’une entaille,
Depuis les pieds jusqu’au front.

 

C’est lui qui guide la fête
Jamais sa fière trompette
N’eut un accent plus vainqueur;
Et de son souffle de flamme,
L’espérance vient à l’âme,
Le courage monte au cœur. »

 

Si vous êtes un héros, sachez que nous sommes à votre recherche. Nous venons pour vous. Si vous n’êtes pas encore prêt, pas encore assez fort, nous viendrons à votre rencontre, nous vous soignerons et nous vous aiderons à reprendre des forces. L’espérance reviendra à vos âmes. Et si vous avez peur, nous vous ferons reprendre courage. Le courage montera bientôt à vos cœurs comme il est monté aux nôtres.

 

Arnaud Lespingual

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article