Le championnat du monde de F1 est terminé ? Découvrez sans plus attendre, le championnat de « France » de course a la gamelle !

Cosse presse Hollande : «Il est temps de se battre pour nos idées» La ministre du Logement souhaite que le chef de l’État confirme rapidement sa candidature à un...

Cosse presse Hollande : «Il est temps de se battre pour nos idées»

1199584_remaniement-emmanuelle-cosse-la-caution-verte-web-021690944161

La ministre du Logement souhaite que le chef de l’État confirme rapidement sa candidature à un second mandat, en passant par la case primaire.

Pour François Hollande, l’heure du choix approche. Alors que les prétendants à la primaire socialiste ont jusqu’au 15 décembre pour se déclarer candidat, les déclarations se multiplient dans l’entourage du chef de l’État pour préparer son entrée en campagne. «Je pense qu’avec le bilan qu’il a, la situation économique et sociale de notre pays, il faut qu’il se présente (…) Il est temps maintenant de s’expliquer», a estimé Emmanuelle Cosse, la ministre du Logement invitée jeudi d’Europe 1. «Il faut qu’il aille expliquer aux Français ce qu’il a fait. Quand on a des chiffres du chômage qui baissent, quand on a des chiffres sur le logement qui n’ont jamais été aussi bons depuis cinq ans, quand on a changé des choses sur la question de la pauvreté – parce que la pauvreté a diminué dans notre pays malgré tout ce qu’on raconte-, il faut aussi aller au-devant des Français», a insisté l’ex-patronne d’Europe-Ecologie-Les Verts.
«Projet extrêmement conservateur de Fillon»
Pour la ministre, «il est temps de se battre pour nos idées» même si «c’est à lui de choisir son temps». «Je crois que nous arrivons dans le timing que lui-même avait indiqué», a glissé Emmanuelle Cosse.Celle-ci fait l’éloge de la primaire, tandis que le premier cercle des Hollandais plaide, lui, pour une candidature excluant cette étape. «J’ai toujours pensé que la primaire était un bon moment, y compris pour aller débattre les uns, les autres». Un exercice, qui, elle l’espère, sera efficace pour combattre «le projet extrêmement conservateur de François Fillon».

Source : Le Figaro 

Autheur : Tristant Quinot-Maupoil

 

Annick Girardin (PRG) ne soutiendra pas Hollande mais veut rester au gouvernement

annick-girardin-nommee-ministre-de-la-fonction-publique

La ministre de la Fonction publique soutient la candidature de la présidente du PRG, Sylvia Pinel, qui s’est déclarée le week-end dernier.

Alors que François Hollande devrait bientôt lever le voile sur ses intentions, la ministre de la Fonction publique Annick Girardin annonce qu’elle soutiendra la candidature de Sylvia Pinel, la présidente du PRG, parti dont elle est adhérente. «Je soutiendrai Sylvia Pinel, ce qui ne m’empêche pas d’être dans ce gouvernement, d’être fidèle à nos engagements, d’être dans cette gauche gouvernementale», a précisé la ministre, interrogée jeudi sur LCP. «Moi je suis assez fière qu’il y ait, en dehors de Marine Le Pen, une autre femme, de gauche cette fois, à la présidentielle», a expliqué Annick Girardin en faisant l’éloge de «cette jeune présidente (du PRG)».L’élue de Saint-Pierre-et-Miquelon ne voit pas d’inconvénient à ce que le PRG présente une candidature dès le premier tour de l’élection présidentielle qui pourrait concurrencer celle du Parti socialiste. «Ce n’est pas nouveau, la Belle alliance populaire (qui regroupe les socialistes et leurs alliés, ndlr), nous en sommes sortis très très vite. Aujourd’hui, les militants PRG ont estimé qu’en dehors de cette primaire (qui a été annoncée par le PS) nous devions être présents, porter nos idées», a poursuivi Annick Girardin.
En poste «jusqu’au dernier jour de ce quinquennat»
«Nous participons à ce gouvernement depuis (le début) de ce quinquennat. Nous sommes impliqués», a -t-elle insisté. Et de jurer d’être à son poste «jusqu’au dernier jour de ce quinquennat, au côté du premier ministre qui est à la barre et du président de la République».Le gouvernement compte deux autres ministres PRG: Thierry Braillard (Sports) et Jean-Michel Baylet (Aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales). L’ancien patron du PRG a été reçu lundi à l’Elysée. Il aurait promis à François Hollande que la candidature de Sylvia Pinel ne lui serait pas hostile. La candidature du PRG pourrait aussi être un moyen pour cet allié traditionnel du PS de faire pression sur ce dernier pour obtenir un accord avantageux lors des futures élections législatives.

Source : Le Figaro 

Autheur : Tristant Quinot-Maupoil

 

 

L’UDI négociera bien avec François Fillon

lr-udi

Ce mardi soir, le bureau exécutif du Parti vient de mandater une délégation destinée à négocier « un projet législatif » avec le vainqueur de la primaire.

Ils avaient choisi Alain Juppé et se contenteront de François Fillon. L’UDI a mandaté ce mardi soir une délégation pour aller négocier avec le candidat vainqueur de la primaire de droite et du centre. Une décision qui intervient dans un centre en pleine confusion , après la victoire de Fillon et la candidature de Macron.

En effet, les plans des centristes étaient à l’origine tout autre : ils avaient en grande partie misé sur le maire de Bordeaux , partisan d’un rassemblement de la droite et du centre.

Le président du parti, Jean-Christophe Lagarde a rendez-vous mercredi matin avec le candidat. Il avait expliqué dimanche soir qu’il voulait discuter avec lui d’un « projet législatif ». Et le bureau exécutif vient de mandater, pour ce faire, une délégation.

Mardi matin, devant les députés LR, François Fillon a expliqué qu’il fallait « un accord » avec les centristes. Tout en ajoutant: « Je vais discuter avec nos partenaires centristes. Nous avons besoin d’eux et ils ont, me semble-il, surtout besoin de nous sous peine d’un échec collectif ».

 Consultation des militants début 2017

« L’UDI sort bien malade de cette primaire », fait observer l’ancien ministre Yves Jégo à l’AFP, qui réclame depuis dimanche « un congrès extraordinaire » de l’UDI, s’inquiétant de la « division » de la famille centriste.

Un conseil national et une consultation des militants aura lieu « début 2017 » sur le projet législatif, a fait savoir l’UDI, selon une motion votée au bureau exécutif.

Créée à l’automne 2012, l’UDI regroupe notamment le Parti radical, le Nouveau Centre, l’Alliance centriste et des adhérents directs.

Le Nouveau Centre d’Hervé Morin a également tenu une réunion mardi soir et décidé d’un congrès le 11 décembre pour constituer un nouveau parti et …. le cas échéant décider de rester ou non dans l’UDI.

Certains pour Macron, d’autres pour Fillon

Le chef de file des députés UDI, Philippe Vigier, a appelé mardi son camp à se rassembler derrière Fillon, considérant qu’il n’y a « pas de place pour la division » et critiquant la « fausse route » des partants chez Emmanuel Macron .

Dans une tribune, cent trente jeunes UDI (élus, cadres, militants) — mais pas l’officiel UDI Jeunes — ont en effet fait savoir qu’ils soutenaient la candidature d’Emmanuel Macron. Et le député européen Jean Arthuis, fondateur de l’Alliance centriste, a affiché depuis plusieurs semaines son soutien en faveur de l’ancien ministre de l’Economie.

« Il y a une partie de l’électorat qui a voté Juppé qui votera Macron », analysait mardi un député juppéiste.

Source : Les Echos.

               AFP

 

 

Captain Désanusator

 

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article