La droite sort l’artillerie lourde pour draguer les catholiques

Plus c'est lourd, plus ça passe.

Après avoir amalgamé, via les médias, la Manif pour tous avec le Front National dans le but de les diaboliser, le Front Anti-National arrive après la bataille dans le but de rafler l’électorat catholique et christianophile qui s’était donné un frisson d’extrême-droite sous le mandat de Hollande. Les « La prochaine fois, si c’est comme ça, je vote Marine ! ».

 

 

Ils savent qu’ils ne peuvent plus juste compter sur le front républicain comme en 2002. A cette époque, ils ont fait 82% face à un Jean-Marie Le Pen, arrivé par erreur au second tour grâce à la candidature de l’indépendantiste guyanaise Taubira qui avait divisé les votes gauchistes, et donc éliminé Lionel Jospin.

 

Le joker anti-FN avait bien moins marché aux dernières régionales, où les votes FN ont quand même été multipliés par 3 par rapport aux dernières.

 

Ils sortent donc l’artillerie lourde. La Croix bien visible autour du cou. Une polémique bien artificielle, un bad buzz prémédité, comme pour le « Nos Ancêtres les Gaulois » du baratineur Sarkozy. Après avoir rendu les croix taboues, après s’être battu pour interdire la mention des racines celtiques de la France, le Système réutilise ses propres tabous pour faire émerger ses chevaliers sauveteurs. Le chevalier sauveteur Sarkozy est mort, vive le chevalier sauveteur Fillon !

 

Ce nouveau buzz prémédité de la droite est censé rallier le bon peuple christianophile qui tombera dans le panneau « ah ben on n’est plus chez nous si on nous emmerde comme ça ! », ainsi que l’électorat bourgeois déjà acquis qui ne demande que quelques excuses spirituelles pour voter pour leurs intérêts financiers.

 

 

 

 

Yann Merkado

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article