Jacquouille la fripouille

Retour sur le parcours d'un politicard exemplaire

A l’heure où je rédige ces quelques lignes, l’ancien président de la république Jacques Chirac traverse une mauvaise passe, à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Nous ne savons pas s’il s’en relèvera ou non.
C’est l’occasion pour nous de rappeler à tous son chef d’œuvre. Sa sortie, inimaginable pour un chef de parti « modéré », sur l’immigration en 1991. Dans cette vidéo célèbre, mais qui gagne à être revue régulièrement, Chirac abandonne 2 minutes la langue de bois ( l’alcool aidant, peut-être ) pour exprimer ce que la plupart des français pensaient et pensent encore aujourd’hui, de la promiscuité au quotidien avec les allogènes extra-européens. C’est-à-dire, à chaque rencontre sur le même pallier, la confrontation de deux mondes distincts, qui ne parviennent pas à communiquer l’un et l’autre, et qui n’y parviendront sans doute jamais.

Il est important d’écouter l’extrait jusqu’au bout, et de noter que la proposition exacte de Chirac, pour contrer cette africanisation culturelle de la France, était tout simplement de faire un moratoire sur le regroupement familial. Pour ne plus et selon ses propres mots, que des étrangers vivent avec leurs 20 gosses et les prestations sociales qui vont avec, sur notre sol sans travailler.
Jean-Marie Le Pen n’a pas dit autre chose, tout au long de sa carrière.

Seulement voilà, badaboum. Chirac devient président en 1995, et ne fait rien de tout cela. Il mouille des couches face aux manifestations socialistes et syndicales en 97, dissout l’assemblée, et l’anti-France plurielle, emmenée par le grisonnant Lionel Jospin, arrive au pouvoir. Il n’est plus question, alors, de parler de « bruit et d’odeur ».
Pire encore, en 2002, le stratège de Corrèze au nez Pinocchiesque est réinvesti à l’Elysée au détriment de Jean-Marie Le Pen. Et sur quelle ligne ? « Non à la France raciste, non à la France fermée aux autres »… Ouh là, mais c’est qu’on se fout de la gueule du monde et qu’on ne fait pas semblant de le faire, en plus 🙂 !
Le coup de génie de Chirac fut de refuser le débat entre les 2 tours, au nom de la liberté d’expression bien sûr. La liberté de ne pas débattre quand on sait qu’on se fera ratatiner par son adversaire politique. Et avec l’aval d’une grande patrie du peuple anesthésié par la propagande qui sévit depuis quarante ans, et qui a fini par leur faire accepter l’idée que la contradiction était par essence fascistoïde. Tu as quelque chose à dire contre l’arc républicain ? Bien, mais dis-le dans ta tête, on ne t’offrira jamais cette tribune.
Et Chirac de célébrer sa victoire devant des dizaines de milliers d’algériens, à Paris, qui sortent bien sûr les drapeaux… de l’Algérie, pour célébrer ce grand jour pour la France, triomphant du néofascisme.
Ah, tu la sens la quenelle qu’on s’est prise ce jour-là ? On est sur de la quenelle de 300, facile !!!
Évidemment, élus par la gauche et les immigrés, Chirac ne peut ensuite que gérer un quinquennat léthargique, pendant lequel il brille par son absence. Cependant que le travailleur français, qui a vu sa situation dans Paris occupé empirer, attend qu’on prenne enfin des décisions qui lui permettent de sortir la tête de l’eau.

Si nous publions ce « dérapage » plein de bon sens de Jacquouille, c’est aussi pour rappeler, à l’heure où le diablotin Sarkozy ressurgit du néant pour tenter le hold-up en 2017, que la droite dite classique n’a jamais que nous trahir. Européiste et cosmopolite, métisseuse et méprisant le peuple de France, elle se fait à chaque fois élire sur un discours droitard intransigeant qui ne correspond pas à la réalité de leur programme.
Quand Sarkozy dit qu’il faut couper le robinet migratoire, n’oubliez jamais que cette promesse-là n’est pas inscrite dans son PROGRAMME POLITIQUE. Il ne faut pas écouter les discours, il faut lire les programmes. Et quand on sait que les programmes eux-mêmes ont du mal à se faire respecter, comment croire en la réalisation d’un changement d’horizon politique qui n’est même pas inscrit dans un programme politique, en tract ou sur internet ? Il est temps de se réveiller.
Le bruit et l’odeur, ou le karcher, ne sont que des mots. Des scandales provoqués pour faire basculer le vote patriote dans le camp UMP/républicains.

Il n’y a qu’un seul parti qui propose la division de l’immigration légale par 20, et l’arrêt total de l’immigration clandestine (les migrants, au revoir, pour ceux qui ont besoin de mots simples pour comprendre). Vous savez très bien de quel parti il s’agit. Ne soyez pas une énième fois les dindons de la farce en 2017, et faites comme moi, surfez sur la bonne vague.

Daniel Conversano

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article