Ivre, violent et hors-la-loi

Un cas d'école aujourd'hui

 

 

Qui osera prétendre qu’un énergumène de ce genre n’a pas besoin de passer par la case prison pour une durée conséquente (Chez Suavelos, nous serions pour un « bon » 15 ans ferme, histoire de remettre les pendules à l’heure), afin de comprendre une fois pour toute que la France n’est pas une aire de jeux pour enfants du diable où tout serait permis ?

 

 

Extrait édifiant de l’article :

 

 » Actuellement en détention provisoire, l’homme de 47 ans avait 1,94 gramme d’alcool dans le sang et avait également fait usage de stupéfiants. Déjà connu des services de police, il avait ce jour-là décidé d’aller chercher sa femme à son travail, celle-ci lui reprochant ensuite d’avoir bu avant de prendre le volant. Le mari a alors commencé à passer ses nerfs sur sa compagne, tout en gardant le volant, lui cassant le nez et lui tuméfiant le visage. Il a été déféré vendredi devant le parquet de Bourgoin-Jallieu à la fin de sa garde à vue et sera jugé en comparution immédiate lundi pour les motifs suivants : séquestration, violences aggravées, menaces de mort sur son épouse, outrages et rébellion, refus d’obtempérer sur agents de la force publique, conduite sous l’emprise de l’alcool et de stupéfiants et mise en danger de la vie d’autrui… « 

 

 

L’autorité n’est pas fasciste en elle-même. Il s’agit simplement de faire appliquer la loi, et de maintenir l’ordre pour la sécurité des honnêtes gens. Qui, à part quelques gauchistopithèques flingués du bulbe rachidien, pour être en désaccord avec cette vision des choses ?

 

 

Daniel Conversano

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article