Ils ne veulent pas aller à l’école, mais il faudrait les forcer !

L'universalisme républicain dans tout ce qu'il a de plus absurde

 

 

Les journaux de droite eux-mêmes sont contaminés par le gauchisme. L’air ambiant est profondément gauchiste. Chacun est atteint par lui à des degrés différents. Mais on n’y échappe décidément pas.

Regardez la photo en couverture de cet article du Figaro.

 

 

Il s’agit d’une maman rom (tzigane) et de ses enfants.

 

 

On l’a déjà expliqué dans un article précédent sur les roms par une spécialiste du sujet, et on le savait déjà par l’exemple de Léonarda : quoi que l’école soit gratuite en France,-ce qui est un privilège incroyable qui devrait faire aimer notre pays à tous les étrangers qu’on laisse s’installer chez nous-, les enfants de roms n’y vont presque jamais, parce que leurs parents les font mendier dans la rue à la place.

 
Leur vie de mendicité est UN CHOIX CONSCIENT DE LEUR PART.

 
Quand les gens comprendront-ils cela ?

Les roms ne cherchent pas à s’élever par les études, ni à intégrer la société. Si telle était leur volonté, en dépit de leur « pauvreté », dont on a montré d’ailleurs qu’elle est souvent très exagérée, il laisserait toujours un de leurs enfants faire des études (pendant que les autres mendient, par exemple) plaçant tout espoir d’intégration en lui, afin de sortir de la rue et des camps le reste de la famille.
Or, ils n’en font rien. Et ce, dans n’importe quel pays où ils se trouvent.

 

 

C’est une vérité d’airain, sans cesse vérifiée aux quatre coins de l’Europe.

 

 

S’il n’y a pas de roms à l’école, c’est que les roms ne veulent pas y aller. POINT FINAL.

On ne va pas écrire le destin des peuples à leur place. Occupons-nous déjà de notre avenir, qui est tout sauf certain et rassurant.

 

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article