Humeur du poète Romain Guérin

Quand pour la promotion du tourisme parisien, le gauchisme illuminé rejoint l'extrême droite éclairée

 

 

[Texte légèrement amputé de sa majesté stylistique, pour éviter à l’équipe de Suavelos un procès par ligne^^]

 

 

Il y a quelques temps, je suis tombé par hasard sur un reportage concernant la communication de la ville de Paris, pour attirer les touristes étrangers. On nous montrait notamment une brochure qui ressemblait beaucoup plus à un tract lepeniste, pétainiste, poujadiste, heures-les-plus-sombristes, qu’à un prospectus promotionnel rédigé par des Ronds-de cuire cosmopolites.
Que de belles images les amis : une brasserie avec un zinc en cuivre rempli de clients souriants et blancs, dégustant saucisson et autres cochonailles le tout arrosé de vin ; deux amoureux (blancs et hétérosexuels) qui se promènent la nuit sur le pont des Arts en toute tranquillité et insouciance ; une rame de métro propre et parsemée de quelques voyageurs heureux, lisant et… blancs. Bref, que du nauséabond, de l’émétique et de l’irrespirable. Le parfum des années 30 plein les sinus. J’en éternue encore.

 

 

Je me suis dit : ben zut et crotte et flute alors, tout ça ressemble vachement à la France que j’aime mais que les rédacteurs républicains de la brochure eux, détestent en général, et s’emploient à détruire chaque jours que Diable fait et que Dieu laisse faire.
Quid des gays grisonnants et des baleines lesbiennes à moitié nue qui déversent leur soupe de langues percées dans les égouts du Marais ?
Quid des tribus subsahariennes qui prennent les bancs publics pour des pissotières et qui une fois avoir pris possession d’un quartier (avec l’aide de la CAF sans quoi rien de tout cela ne serait possible) le ramène sur le plan de l’hygiène à l’âge des hommes des cavernes ?
Quid des Roms, ce peuple fouilleurs de poubelles qui, comme le disait un de mes oncles, « redonne de la dignité au cafard quand ce dernier les regardent« , et qui font du camping sauvage sur les trottoirs des grands boulevards, envoyant des gamines de 12 ans, un bébé dans les bras, proposer des pipes express à 10 balles aux passants ?
Quid des nuées de racailles, ces chimères mondialistes mélange étrange d’imam et d’amerloque, qui rodent dans les rues comme des âmes errantes en rut perpétuel, et pour qui vivre c’est forcément toiser, insulter et agresser ?
Quid de l’élite cosmopolite, à qui selon B.H.HELL, nous devons absolument tout ? Dans cette brochure pour touristes, pas de chances pour la France, pas de Monsieur Lévy politologue, pas d’acteurs ni de chanteurs issus de la diversité, pas de Fatima en burka ni de Mama en boubou, pas de Montaigne noir ni de Baudelaire bridé, non, rien de tout cela. C’est fascinant !

 

 

Tout ça ressemble bigrement à un caca honteux que bébé Marianne cache sous le tapis rouge.
Quand il s’agit de vendre du voyage aux consommateurs asiatiques d’exotisme, tout à coup, comme par magie, la France redevient la France : on ressort le pinard, on cache les HLM derrière les châteaux de la Loire, on remet l’église au centre du village, on lave plus blanc que blanc en niant jusqu’au fait qu’un jour, les babines d’un Mamadou ou l’orteil d’un Mohammed ait pu ne serait-ce que fouler la terre sacrée des Gaulois.
Cessons ces débats à la mords-moi le nœud sur l’identité de la France, puisque vous le voyez bien, au fond, même les gauchistes républicains, cette classe à poux porteuse de la peste, sont d’accords avec nous sur cette question. Savez-vous qu’il existe des psychiatres à Paris spécialisés pour traiter le traumatisme que subissent chinois et autres japonnais quand ils arrivent dans notre capitale dénaturée ? On leur à promis Edith Piaf, mais c’est Youssoupha qui leur dégueule aux oreilles dans les rues de notre chère capitale. C’est brutal. Uppercut culturel. K.O. ethnique. Merci pour ce moment. 
Mais nous alors, les autochtones qui vivons dans ce cloaque maçonnique que devrions-nous dire !
Sapristi !
Sacrebleu !
Bordel de m… !
Au bout d’un jour, les noiches et les gnacks pètent une durite à Paris, alors mes amis, en vérité je vous le dis, voyons comme un miracle, comme une intervention divine que nous, Français francophile qui détestons la Haine et particulièrement la haine de soi, nous soyons encore sains d’esprit !

 

Romain Guérin

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article