Hollande au chevet de la racaille : la soumission de trop ?

En définitive, il n'y a pas que Théo qui l'a bien profond...
Share on FacebookTweet about this on Twitter

La question est évidemment rhétorique : n’importe quel quidam ayant un semblant de QI supérieur à un gauchiste ou un migrant comprendra que ces courbettes sont moralement insupportables mais que la morale n’entre hélas pas en jeu dans le comportement de notre président. Il s’agit là de bas calculs politiciens, mais cela n’ôte en rien la colère légitime que nous éprouvons à voir le représentant de notre pays s’humilier ainsi publiquement, et par la-même sa nation, notre nation.

 

Hollande au chevet de Théo, de la racaille qui s’oppose à l’intervention des policiers et en subit les (douloureuses) conséquences, ce n’est en effet rien de moins que la soumission du pouvoir Étatique au pouvoir du peuple, mais pas n’importe quel peuple : celui qui élit la Gauche et menace le pays de guerre civile.

C’est ici à mon sens les deux principales raisons du baissage de froc de notre cher Flanby :

D’une part, prendre parti encore et toujours pour les banlieusards arabo-musulmans pour raisons éléctorales, quitte à être en l’occurrence CONTRE la police dont il est censé être le patron bienveillant – agir en « bon père de famille » diront les juristes  : on le sait, cette catégorie de la population est devenue depuis longtemps déjà le fonds de commerce de la Gauche qui compte sur eux pour se maintenir dans le paysage politique – ainsi que sur les toujours nombreux bobos mondialistes qui soutiennent la racaille au quotidien, dans les manifs et dans les urnes.
Hollande étant hors course pour la présidentielle et, on le sait, détestant cordialement la plupart de ses « collègues », on ne peut supposer qu’une chose, qu’il prépare le terrain pour la suite de sa carrière qu’il espère malgré tout prospère…

 

D’autre part et c’est à mon sens le point le plus important dans l’affaire : Hollande redoute la guerre civile et ethnique. Ne soyons pas naïfs et partons du principe que le gouvernement bénéficie des mêmes informations que nous mais en cent fois plus pertinentes et actualisées : partant de là, le président et sa clique savent pertinemment que cette guerre en question est en préparation, voire est inévitable.
D’où ma conclusion : en se soumettant face à Théo et à la pression populaire des quartiers, Hollande n’essaie pas forcément d’éteindre les braises et de calmer le camp ennemi en montrant patte blanche, non il sait que cette guerre arrivera tôt ou tard. Il ne fait que retarder l’échéance en tentant d’apaiser maladroitement et temporairement la meute et en sachant très bien que cela aura des effets pervers à long terme : en effet son attitude ne fait que galvaniser la racaille dans leur lutte (idéologique comme physique) face à l’État en général et aux français de souche en particulier, étant donné que pour eux toute tentative de conciliation est perçue comme un évident aveu de faiblesse.
En définitive tout ce que souhaite Hollande , c’est simplement que cette guerre n’arrive pas maintenant, pas sous son mandat.
D’ici trois mois il n’en aura plus rien à foutre, voire même il se réjouira du sort de ses adversaires politiques qu’il aura laissé dans une merde noire.

 

La soumission de Hollande, c’est un peu comme le gosse indiscipliné à qui on demande de ranger sa chambre et qui, au lieu de sortir les poubelles, décide de pousser les saloperies sous le tapis : il sait bien qu’elles ressortiront un jour, il espère juste qu’elles y resteront planquées le plus tard possible et que d’ici là il aura changé de chambre.

Ni plus ni moins.

 

 

JOE BAUERS

Share on FacebookTweet about this on Twitter