Hollande, ce raciste !

Plus personne ne veut d'immigrés... y compris notre président

 

On aimerait que François Hollande mène une politique qui soit au diapason de ses pensées profondes, comme on peut le lire dans les extraits suivants du livre Un président ne devrait pas dire ça, sorti il y a peu de temps.
Suicide choisi ou bien volonté de faire croire au peuple français que la Gauche AUSSI en a marre de l’immigration et de l’islam, et qu’un Manuel Valls derrière serait prêt à faire ce qu’il faut, une fois au pouvoir ?

Nous ne le savons pas. Nous ne voulons pas le savoir. Nous ne voulons plus voir ces gens à l’Elysée ou à Matignon. Ils ont trop déçu et trahi.

 

Source : Le figaro

 

«Quand on lit Finkielkraut, Zemmour, Houellebecq, qu’est-ce que ça charrie? Toujours la même chose, la chrétienté, l’histoire, l’identité face à un monde arabo-musulman qui vient… C’est ça qui fait que les gens basculent, ce n’est pas parce qu’ils ont perdu 3 % de pouvoir d’achat – qu’ils n’ont pas perdu d’ailleurs! – ou parce qu’ils sont chômeurs. Il y a des choses qui les taraudent, ils arrivent dans un train, ils voient des barbus, des gens qui lisent le Coran, des femmes voilées…»

 

Ce n’est pas un extrait de La Cause du peuple(Perrin) de Patrick Buisson mais des propos du chef de l’État rapportés par Gérard Davet et Fabrice Lhomme dans leur livre d’entretiens «Un président ne devrait pas dire ça» (Stock). Curieusement, le président de la République y apparaît moins vigilant qu’à l’habitude lorsqu’il dénonce ceux qui «jouent sur les peurs» et «stigmatisent».
A l’entendre «l’insécurité culturelle» n’est pas un sentiment.
L’intégration? «Il y a à la fois des choses qui marchent très bien et l’accumulation de bombes potentielles liées à une immigration qui continue. Parce que ça continue.»
Nadine Morano? «Je suis convaincu que, quand on interroge les Français, ils sont majoritairement sur sa position. (…) Ils pensent: “On est plutôt des Blancs, il y a plus de Blancs que d’autres.”» L’équipe de France de football? Elle est en proie à une «communautarisation, une segmentation, une ethnicisation».
Le seuil de tolérance? «Je pense qu’il y a trop d’arrivées, d’immigration qui ne devrait pas être là.»

 

 

La suite à lire sur le site du Figaro…

 

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article