Histoire – Saint Louis, monarque indétrônable

contribution de Victor Guynemer

 

 

Le Pays de France n’a pas toujours connu la république, la république capitaliste, anticléricale, gauchiste et sans valeurs, non !!! Il fut un temps pas si lointain où la France vivait au gré du calendrier liturgique et avait comme chef d’état un Monarque. Nous allons parler aujourd’hui de Saint Louis.

 

 

Louis IX plus connu sous le nom de Saint Louis naquit le 25 avril 1214 à Poissy, c’était le deuxième fils de Louis VIII et de la reine Blanche de Castille par laquelle il reçut une éducation très stricte et pieuse. Il devient Roi de France à la mort de son père. Il est sacré le 29 novembre 1226 en la cathédrale de Reims mais n’ayant que 12 ans, -fait inédit pour le royaume- , c’est sa mère Blanche qui va exercer la régence jusqu’a sa majorité.

 

 

Enfin adulte et pouvant exercer son pouvoir sous l’oeil attentif de sa mère, Louis IX compte faire respecter son droit sur le royaume, il va matter les différentes révoltes des seigneurs appuyés par l’Angleterre.

Ses réformes administratives ont marqué à jamais l’histoire. Par exemple il crée les baillis, les ancêtres des préfets , il crée ensuite un Parlement qui deviendra une cour de justice et un conseil politique. Il met en place une grande réforme judiciaire ( enquête et recherches de preuves et de témoins) mais l’une des plus importantes et la présomption d’innocence toujours appliquée aujourd’hui ; il impose aussi une monnaie unique et réduit l’autorité des grands seigneurs.

 

 

Saint Louis est un roi très chrétien et très pieux, proche du peuple et des pauvres, il construit des hospices, des églises et des abbayes, voulant rétablir la moralité chrétienne partout sur le royaume en punissant le blasphème, interdisant les jeux d’argent, et les prêts à intérêts

 

 

En 1242, Saint Louis tomba gravement malade, ses jours étant comptés, il s’en remit à Dieu, et fit le serment de prendre la Croix et de protéger l’Eglise et ses fidèles contre les infidèles qui les menaçaient.

C’est ce qui arriva, guéri miraculeusement, le Roi partit avec son armée pour la Terre Sainte ; tenu en échec en Egypte, Saint Louis est fait prisonnier et ne sera libéré qu’après qu’une énorme rançon ne fût payée pour sa libération.

 

 

Très affecté par cette défaite, le Roi voulut tenter une nouvelle croisade malgré les réticences de ses chevaliers et des marchands qui s’accommodaient désormais de la présence islamique sur la méditerrannée. En 1270, il embarqua pour Tunis car l’émir de la ville aurait eu l’intention de se convertir au christianisme. Epuisé par la chaleur, par le manque de vivres et harcelé par les guerriers musulmans, Saint Louis meurt alors devant les murs de Tunis, le 25 août 1270 à l’âge de 56 ans.

 

 

Toute sa vie, le Roi combattit pour la défense des valeurs chrétiennes et comme le dit le poète Rutebeuf : « On peut bien gagner Dieu sans bouger de son pays, en vivant de son héritage. Je ne fais de tort à personne. Si je pars, que deviendront ma femme et mes enfants ? Il sera temps de se battre quand le sultan viendra par ici. »

Il améliora grandement son royaume par diverses réformes et grands chantiers. Saint Louis est et sera pour toujours un symbole pour tous les français, le symbole d’un homme, d’un roi, qui fit connaître et rayonner la France à travers le monde entier.

Son souvenir et ses actes ne doivent jamais être oubliés car même si nous vivons une période très difficile, que le souvenir d’une France combattante et pleine de valeurs est à un souffle de l’oubli, c’est un devoir pour tous les patriotes que de défendre ses idées.

 

 

Vive la France et vive Saint Louis !

 

 

Victor Guynemer

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article