L’Argentine, un immense fragment d’Europe au coeur des Amériques.
Les espagnols et les italiens y ont amené leur coeur, et en ont fait un « chez nous » loin de chez nous.

Alors évidemment, on échappera guère à la petite phrase moralisatrice conclusive, comme quoi ce serait les migrations et le cosmopolitisme qui ont fait, et font encore toute la beauté de Buenos Aires.
C’est à dire que nous, le cosmopolitisme blanc, on n’est pas contre, si vous voulez.