Daniel Conversano vous parle

Faire l'amour avec des femmes, tu dois.

J’insiste, je sur-insiste, je re-re-réinsiste, et j’insisterai tant qu’il le faut : la clé de voûte du merdier ambiant en Gaule, c’est la frustration sexuelle.

 

Dans tous les pays où les hommes ont des relations sexuelles régulières, les gens n’ont aucune des tares qui plombent littéralement le milieu nationaliste français. Il faut voir par exemple la gueule ravie des hongrois qui passent leur vie à siffloter sans s’inquiéter du lendemain, l’air vide et satisfait de ceux qui n’ont plus une goutte de sperme dans les testicules.

 

Jalousie, commentaires inutiles sur facebook et branlettes cérébrales sur 200 lignes, absence totale de solidarité masculine (le contraire même, coups de putes en série pour s’attirer des faveurs qu’on obtient jamais de la part des meufs qu’on veut avoir), agressivité entre frères de sang, dépression ultime, paresse, trahison, trolling… tout s’explique par un état de fait inimaginable : des mecs de 26/27 ans, à 130 de QI et à bac + 8, gentils et aimants, n’ont jamais été en couple ni pénétré un vagin plus de deux fois dans leur vie. Parfois même zéro. J’en connais plein. 

 

Je suis très critiqué et déconsidéré dans le milieu dit « natio », parce que je m’attaque au sujet interdit et grand guignolesque en chef, LE SEXE.
Dans un système communautaire catholique réel, un mec est marié à 18 piges avec une nana de son âge, voire un peu plus jeune que lui. Une fois épousée, il a le droit de lui faire l’amour quand il veut. C’est le devoir conjugal, en fait, elle n’a pas d’autres choix que d’accepter l’homme en elle. Jean-Baptiste veut faire zizi/chachatte, et elle, elle doit dire « oui », car c’est la volonté de Dieu.
Quand, presque trentenaire, l’oeil rempli de foutre, vous vous mortifiez l’âme et la conscience parce que vous avez osé vous masturber sur un film de Marc Dorcel, rappelez-vous que votre arrière grand-père, à votre âge, avait déjà 4 gosses, et au compteur, de trois cent à mille relations sexuelles vagino-péniennes depuis le début de sa carrière teuballe…
Toute la différence est là.
Il faudrait veiller à ne pas faire passer l’abstinence pour du contrôle sur soi, quand on s’abstient parce qu’on a tout simplement pas l’opportunité de passer à l’acte.

 

Les choses les plus gênantes en surface, doivent être dites lorsqu’elles sont justes : le français ne baise plus. Et la France en crève jour après jour.
Pour être viril, il faut avoir et sentir l’appui de ses femmes.
On préférerait sûrement me voir pondre une analyse plus nuancée et intellectualiste, mais j’ai toujours préféré la vérité aux postures empruntées et fausses, pour contenter les érudits de tous poils et montrer comme je sais bien penser et écrire.
Il y a environ 30% de jeunes mecs qui ont compris comment les nanas fonctionnaient (j’en fais parti depuis que j’ai 23 ans, grosso modo) et qui, à coups de Tinder et d’entourloupes diverses, trouvent seuls le chemin vers la Femme. Les autres galèrent dans l’abîme du désespoir. A ceux-là je dis : sortir de votre noobisme en matière relationnelle est une priorité. Mettez toute votre intelligence et votre courage dans la bataille.

 

Un homme qui n’a pas de copines et qui ne fait pas de vas et viens dans un orifice à 37 degrés Celsius régulièrement, finit par devenir un zombi aigre et léthargique, dont l’unique but au quotidien est de ruiner,-par envie gluante-, l’existence de ceux qui parviennent tant bien que mal à en construire une.
Vous voulez faire quelque chose de bien pour le milieu nationaliste ? Aidez le maximum de vos amis à se trouver une partenaire d’affection et de sexualité. Un homme sans femme, n’est rien.
L’inverse est tout aussi vrai, mais ça, nous le savons depuis longtemps.

 

« La vérité doit s’inspirer de la pratique. C’est par la pratique que l’on conçoit la vérité. Il faut corriger la vérité d’après la pratique. »… disait Mao Tsé-Toung, l’homme aux 1000 maîtresses.
Ecoutez les dictateurs, qui souvent, ne disent pas trop de conneries. Les mecs ont dominé des pays immenses pendant des années, ils doivent s’y connaître un minimum sur les choses de la vie.

 

Daniel Conversano

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article