Claude Marion, écrivain catholique, sur l’islam

La parole incréée d'Allah
Share on FacebookTweet about this on Twitter
Si j’ai bien suivi les débats qui agitent actuellement la toile, il me semble que la zone de fracture entre nationalistes concerne ce concept de « réconciliation » avec les musulmans. L’un des arguments des réconciliateurs est d’affirmer ce postulat :
Il n’y a pas « des » musulmans, mais plusieurs types de musulmans
En sorte qu’un islam français, quelque peu républicanisé sur les bords, ou bien rendu nationaliste, demeure possible.

 

 

Ce que j’en pense ? Je dirais que s’il y a plusieurs types de musulmans, il n’y a qu’un seul Coran.
Ce dernier est la parole incréée d’Allah, et, d’après celle-ci, seul Allah est apte à l’interpréter. De fait, le Coran est un livre transparent, très synthétique et facile à comprendre : son sens littéral se suffit. Dégraisser de quelques effusions de style plus ou moins poétiques et de repiques arrangées à l’ancien et au nouveau testament, il demeure un code civil et moral limpide. Très très clair. Sans équivoque.

 

 

Il serait donc beaucoup plus simple et de moins mauvaise foi de juger objectivement le contenu du Coran du point de vue de la morale, plutôt que de s’atteler à la recherche de quelques « musulmans patriotes » quelque peu éperdus. Le procédé me semble moins sophistique.

 

 

Si vous faites lire ce livre à dix personnes honnêtes, chacune admettra, entre autres, qu’Allah est esclavagiste, misogyne (un homme vaut deux femmes) et amateur de très jeunes femmes (le Prophète aime une gamine de neuf ans). C’est TEXTUEL. Cet éventail de valeurs « républicaines » n’est pas exhaustif…

 

 

Alors voilà : est-il interdit de juger moralement un ouvrage, fût-il sacré, comme on juge moralement un roman de Sade ou un essai de Céline ? Sade et Céline sont de bons écrivains, et le Coran est quelquefois très poétique, certes, mais que penserions-nous de foules étrangères s’installant chez nous qui porteraient comme évangile nouvelle Justine où les malheurs de la vertu ou Bagatelle pour un massacre ?

 

 

Enfin bref, je pense que nous avons le droit de faire le procès du Coran en France, sans qu’on nous taxe de faire celui des musulmans comme de l’Afrique toute entière. Je suis bien un lecteur de Sade sans être un inverti, et un amateur de Céline sans appeler chaque jour à l’extermination des juifs. Mais voilà, moi, je suis un lecteur averti…

 

 

J’invite aussi ceux de nos détracteurs à relire Le Nouveau Testament et à poser les bases d’une lecture comparative du point de vue des valeurs avec Le Coran. Il faudrait ensuite interroger plus à fond ce concept de « Front de la foi » vendu par certains et son réalisme… Une alliance entre le Dieu de l’amour et celui du ressentiment est-elle possible ? C’est là la question, non ? (− Et vive la Théologie !)

 

 

Claude Marion

Share on FacebookTweet about this on Twitter