C’est comme aux USA !

3 mythes sur les armes à feu aux Etats-Unis

« C’est comme aux USA ! C’est comme aux USA ! »

 

Cette phrase est quasiment impossible à éviter si vous évoquez le port d’arme à des Français. Peu importe leur origine sociale, leur horizon politique ou leur niveau de culture, cette phrase s’abattra immanquablement sur vous.

 

La vision qu’a le Français des armes aux Etats-Unis se borne à 3 mythes : le Far West, les tueries de masse et les enfants qui jouent avec des armes.

 

Le Far West est une invention du cinéma. La vie des « cow boys » dans l’Ouest américain du 19e siècle était en réalité particulièrement paisible. Chacun étant armé, personne n’avait l’idée d’aller agresser un voisin. Les gens n’étaient pas non plus les uns sur les autres, enfermés dans nos cages à lapins modernes destinées à accueillir toujours plus de population de remplacement. Le mythe du Far West vient du fait que pour les besoins du cinéma, on a suivi les destins de bandits célèbres ou de personnages inspirés par leurs légendes, ce qui n’est pas représentatif de la population américaine du XIXe siècle. La plupart des Américains de l’époque ne voyaient jamais une fusillade de leur vie, ce qui aurait été problématique pendant la guerre de Sécession, les conscrits étant très réticents à tirer sur un autre humain. Notez qu’à la base, la NRA a d’ailleurs été créée peu après cette guerre par des officiers consternés devant le peu de compétences en maniement des armes par les soldats de l’Union.

 

Les tueries de masse sont une traduction impropre : on parle en vérité de « mass shootings », de fusillades de masse. Et même en anglais, il s’agit d’une appellation impropre. En effet, une « fusillade de masse » est enregistrée dès lors qu’au moins 3 personnes sont blessées par balles. La quasi-totalité des règlements de compte mafieux deviennent donc dans les statistiques officielles, des « fusillades de masse », alors qu’elles sont commises par des criminels souvent récidivistes et pratiquement tout le temps armés illégalement, même aux Etats-Unis (au moins 90% des armes à feu utilisées dans des crimes aux USA sont détenues illégalement).

 

 

Il y a 69 morts « accidentelles » d’enfant de moins de 14 ans par an aux Etats-Unis, pays de 320 millions d’habitants, les noyades représentant 625 morts. Autant dire, rien du tout. Ce chiffre ne permet pas de désarmer tout un peuple, pas plus que le chiffre des noyades ne permet d’interdire les piscines.

Personne n’aurait non plus à l’esprit d’interdire les voitures parce que des gens écrasent des enfants par accident lors d’un excès de vitesse. Alors pourquoi tenir compte d’une poignée de parents irresponsables qui laissent traîner des armes à feu en totale illégalité ? Ils laissent aussi traîner des produits ménagers qui empoisonnent chaque année de nombreux enfants sans que personne n’ait la brillante idée de les interdire. Pourquoi la mort d’un enfant n’est récupérable que lorsqu’il s’agit d’une arme à feu ?

 

On ne parlera bien sûr jamais des nombreux parents qui défendent chaque année leurs enfants grâce à une arme à feu comme cette mère, car les belles histoires ne font pas autant vendre que la tragédie du petit Bryan qui s’explose le crâne à 3 ans sans qu’une seconde on ne soupçonne les parents d’infanticide déguisé en accident.

 

Enfin, sachez que les « 30 000 morts par armes à feu chaque année aux Etats-Unis » sont une escroquerie totale. Parmi ces morts, les deux tiers sont des suicides, or aucun lien n’a jamais été établi entre le taux de suicide et l’accès aux armes à feu. Le nombre d’accident est carrément négligeable, et il est quasiment impossible d’avoir un accident avec une arme bien entretenue, et lorsque les 4 règles de sécurité sont respectées.

 

Quant aux homicides restants, ils sont pour la plupart des règlements de compte entre racailles, exactement comme en France.

S’ils ne se tuaient pas comme ça, ils se tueraient à l’arme blanche. Moins de 1% des homicides par armes à feu impliquent des innocents aux Etats-Unis.

 

Enfin, il est ridicule de prendre en compte des crimes prémédités commis par des gens qui ne détiennent pas un permis de port d’arme, ou qui ont une arme dans une gun free zone, etc. Pour commettre un crime par armes à feu, il suffit d’avoir une arme à feu, légalement ou illégalement, et si on a prévu de s’en servir criminellement, on se contrefout d’une interdiction de la loi à porter son arme. Le principe même du criminel, c’est de ne pas respecter la loi.

Faire une loi pour interdire le port d’arme, c’est ne désarmer que l’honnête citoyen respectueux de nos lois, pas le tueur, ni le gangster, ni le terroriste.

Jamais il n’y a eu sur Terre une idée plus stupide que celle d’interdire aux gens de porter des armes.

 

 

 

 

Fort de cette lecture, vous saurez que si quelqu’un vous soutient que les Etats-Unis sont un mauvais exemple concernant le port d’arme, il est un ignorant désinformé par la télévision.

 

Yann Merkado

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article