[Avertissement : ne voyez aucune slavophobie dans cet article dont la seule vocation est de vous faire comprendre que le Français n’a pas à chercher sa virilité dans un peuple étranger à qui il n’a rien à envier, et ce quel qu’il soit. Je mets au même niveau le Français qui fantasme sur les Russes, celui qui fantasme sur les Allemands ou celui qui fantasme sur Israël : c’est tout à fait ridicule et Serge Ayoub se retourne dans son lit à chaque fois qu’un de vous le fait. Nous allons donc nous pencher sur le peuple ressenti comme le plus viril du monde blanc. Merci de ne pas prendre la mouche avec cet article, ça confirmerait la fragilité que j’y dénonce.]

Depuis quelques années, on assiste à un véritable défilé de nationalistes fanboys des pays slaves. Bonjour le débarquement sur facebook de Владимир, d’Андрей, de Николай, d’Дмитрий et d’Александр… Quand on se promène dans la rue en France, on se croit en Afrique, et quand on cherche les nationalistes français sur facebook, on se croit en Russie. Même sur VK il y a moins de noms en cyrillique que dans les commentaires de certaines pages nationalistes françaises.

Imaginez deux secondes si les patriotes français qui soutiennent Israël prenaient tous comme pseudos des prénoms juifs et l’alphabet Hébreu. On en dirait quoi à votre avis ? Bah on aurait raison.

1 – Une défense militaire basée sur l’Hiver

Les nationalistes de France, le pays avec le plus de victoires de toute l’Histoire militaire européenne, sont en admiration devant la grande Russie, dont les plus célèbres victoires sont dues en majeure partie à… sa météo de merde.

Après quelques magnifiques déculottées face à quasiment toute l’Europe liguée contre lui, Napoléon arrive à Moscou le 14 septembre 1812. Les Russes ont brûlé… leur capitale. Et déporté une grande partie des 270 000 habitants, hommes, femmes, enfants, vieillards, se retrouvant à errer sans domicile. C’est 20 000 blessés de guerre russes qui furent asphyxiés ou brûlés vivants dans un incendie qui a brûlé jusqu’au Kremlin.

Imaginez les Français brûler Paris et reculer face à l’armée serbe, vous avez une idée de ce cirque.

129 ans plus tard, c’est le plan Barbarossa, Hitler s’attaque à l’URSS. Son but ? Atteindre le Caucase avant l’hiver, et ainsi prendre contrôle des incroyables ressources pétrolières que les Russes ont la chance d’avoir dans leur sol. Les Allemands défoncent tout sur leur passage, infligeant des défaites encore plus humiliantes que la débâcle française à l’Ouest : c’est presque un demi-million de soldats russes qui sont faits prisonniers à Kiev, soit la plus grande pêche de prisonniers de toute l’Histoire de l’humanité. En France, après une humiliation pareille, on s’auto-flagellerait pendant 2 siècles en se répétant avec repentance que nous sommes des fragiles, des faibles, des lâches, ceci-cela. On a déjà du mal à digérer Alésia plus de 2000 ans après, imaginez si on avait perdu la bataille de Kiev à la place des Russes…

L’aigle allemand était en train d’annihiler l’ours russe en y pénétrant comme dans du beurre, tandis que ses alliés italiens, qui devaient soumettre la Grèce, ont bien sûr failli. C’est donc l’Allemagne elle-même qui a dû prendre le temps d’écraser les Grecs, ce qui l’a ralentie dans son plan d’invasion de l’URSS. N’ayant pas atteint le Caucase à temps, ils se prendront un hiver merdique qui leur fera perdre la bataille de Stalingrad. Les Russes ont bien sûr pris le temps de déplacer toutes leurs industries de l’autre côté de l’Oural (je vous laisse imaginer le trajet), comptant davantage sur leur météo que sur leurs hommes. C’est plus de 1500 usines qui seront déplacées par voie ferrée pour les réimplanter en urgence dans les territoires déserts de l’Oural et de la Sibérie. C’est certainement le plus gros déplacement industriel de l’Histoire de l’humanité.

Ils ont eu du mérite dans ces deux fuites historiques, mais ça n’en demeure pas moins des fuites qui, si elles avaient été faites par des Français, auraient été l’objet de moqueries pendant des siècles.

2 – Un Empire qui n’a pas besoin d’immigration pour s’islamiser

On est bien d’accord que l’Europe occidentale est dans un état lamentable suite à l’invasion. Mais il ne faut pas oublier que si on se prend tout ça dans la tête, c’est aussi parce qu’on attire. Ce n’est pas le cas de l’Europe de l’Est jusqu’à très récemment, les populations ayant plutôt tendance à les fuir comme on fuit le Tiers-Monde. Il faut bien comprendre que lorsqu’on fait rêver, on attire de la population. C’est le prix à payer d’avoir des pays où il fait particulièrement bon vivre.

Et malgré toute cette humiliation migratoire, la France reste un pays où il fait très bon vivre. Donc à moins de remigrer à la pelle et de contrôler strictement nos frontières, on aura la rançon de notre succès. Mais notre France a la possibilité de renvoyer une grande partie de son immigration musulmane (ça s’est bien passé avec 1 million de pieds-noirs déportés d’Algérie vers la France en 1962, ça peut se passer dans l’autre sens), alors que la Russie devra toujours accepter l’existence historique de 15% de musulmans dans sa population, dont 1 million dans sa capitale.

Et même quand on s’appelle Vladimir Poutine, on doit se soumettre et padamalgamer comme une bonne socialope française quand une nounou musulmane décapite et parade avec la tête arrachée de la petite fille russe de 4 ans dont elle avait la garde. « Ouiiin padamalgam, padamalgam, ceci n’est pas un acte terroriste, ceci n’était qu’une déséquilibrée avec des problèmes psychiatriques » ont répété en chœur les médias russes, pour ne pas vexer les 20 millions de musulmans russes. Même nos médias gauchistes ont plus de courage.

3 – Des pays homophobes donc exportateurs d’homosexuels

« Les Français sont fragiles, les Français sont homosexuels » répètent en chœur les natio-dépressifs après avoir avoir expérimenté le terrible choc de constater qu’on vit dans un pays où deux hommes ont (encore) le droit de s’embrasser dans la capitale sans se faire cracher dessus ou lyncher.

Mais bizarrement, si vous étiez un peu physionomiste ou que vous écoutiez un peu, vous verriez qu’une grosse partie des homosexuels parisiens ont des origines slaves. En effet, les villes tolérantes comme San Francisco, New York ou Paris sont évidemment des villes avec une forte population gay et une forte attractivité pour les gays qui vont préférer sortir de leur campagne homophobe ou bien… de leur pays homophobe. Quand on est gay et qu’on a un président comme Poutine (avec tous ses bons côtés), on préfère passer du temps dans les grandes villes magiques de l’Occident où il y a des quartiers entiers dédiés à son orientation sexuelle. Ça me paraît logique (que les gays m’arrêtent si mon raisonnement ne tient pas). Un gay ne va pas passer sa vie dans une campagne française remplie de bourrus, ni dans un pays où on lynche les homosexuels (je propose aux hommes qui en doutent, d’aller faire des avances à un Slave, juste pour servir d’expérience).

Tout ça pour dire quoi ? C’est NORMAL de voir une sur-représentation des homosexuels à Paris ! C’est Paris ! Tous les homosexuels du monde rêvent encore de Paris, capitale de la mode, avec les hommes réputés (aux yeux des femmes tout comme des gays du monde entier) comme les mieux sapés du monde et les plus charmants. Si après avoir croisé quelques gays européens (dont une grande partie de non-français) dans Paris a été un épisode de votre vie traumatisant au point d’avoir besoin de traiter — comme un bon soralien — votre propre race, votre propre peuple, votre propre sang de peuple d’homosexuels et de fragiles, peut-être bien que c’est vous le fragile.

4 – La virilité, c’est aussi affronter la vie sans se tuer

Les peuples de l’Est sont ravagés par l’alcool et la drogue, ce qui peut s’expliquer par l’extrême désespoir social de certaines régions, mais cet argument s’oppose à la vision de l’eldorado blanc où plus rien n’est pauvre. On compte 3 pays de l’Est européen dans le top 4 des pays du monde où on se suicide le plus, devant le Japon (où pourtant le suicide fait partie du folklore). Je compatis sincèrement avec cette situation, alors je ne vais pas m’étaler dessus et vous laisser faire vos recherches et vos expériences. J’éviterai aussi d’aborder le sujet qui fâche des prises de testostérone de synthèse dans une société bourrue, donc valorisant énormément les réactions antipathiques et l’apparence solide (ces supplémentations hormonales peuvent aussi expliquer les comportements hyper-agressifs, auto-destructeurs ou les dépressions suicidaires en cas de chute hormonale). Je me contenterai de rappeler que la virilité gréco-latine n’est pas cette bougnoulerie dominatrice qui mène à perdre ses moyens devant un interlocuteur habile. Elle se rapproche davantage d’un stoïcisme qu’on retrouve dans ce qu’on appelle le panache français, que dans les concours de bite à coup d’injections de stéroïdes anabolisants.

(moi quand j’ai une attaque de virilité russe)

6 – Il y a toujours beaucoup d’hommes virils lorsqu’il n’y a aucun danger

Quand des Polonais de PEGIDA défilent avec une grande banderole « Non à l’islamisation !« , dans un pays — au bas mot — à 95% raciste et sans immigrés, ils prennent à peu près autant de risques de mort social ou de licenciement que si vous participez en France à une manifestation « Non à la guerre ! Soyons humains ! » place de la République.

Pourquoi être en admiration devant la virilité de ces types qui ne font que dire des choses consensuelles dans ces pays là ? Dans la plupart des pays de l’Est sans musulmans, il est extrêmement facile de dire « J’emmerde l’Islam« . Vous ne prenez aucun risque, les femmes vous adorent, les hommes vous trouvent sympathique, votre patron vous offre une promotion et aucun musulman ne vous menacera de mort, puisqu’il n’y en a pas un seul à 500 km à la ronde. Vous pouvez hurler dans la rue « MORT AUX BOUGNOULES ! » que ça ne changera rien à votre tranquillité. Au pire, quelqu’un vous dira de crier moins fort parce que des gens font la sieste.

Vous verrez, quand le combat nationaliste aura triomphé en France, vous verrez toutes les petites tapettes consensuelles qui aujourd’hui vous abreuvent de tweets pro-migrants, homophiles et métissolatres… vous les verrez dire des choses plus nationalistes que vous ne l’avez jamais été. Juste parce que ces tapettes, qu’elles soient homo ou hétéro, recherchent le CONSENSUS et l’APPROBATION. Mettez-les dans un pays où la plupart des femmes et des hommes sont nationalistes, et ils hurleront des slogans nationalistes. Mettez-les dans un pays où il est bien vu d’être tolérant, et ils crieront « VOUS N’AUREZ PAS MA HAINE ! » même après avoir perdu 2 jambes et toute leur famille dans un attentat.

On est épatés parce que Poutine sert les intérêts de son pays. On devrait plutôt s’étonner de la grandeur de la France et de la résilience du peuple français malgré la succession de présidents qui ont tout fait pour la couler et la soumettre à l’idéologie mondialiste.

Les vrais héros et les vrais hommes virils, c’est vous, les patriotes Français !

Ces hommes et ces femmes qui se battent tous les jours contre l’opinion publique, contre les huées, contre l’incompréhension familiale, les menaces de mort, au mépris des risques sur leur carrière, sur VOTRE carrière, sur votre vie sociale et donc sur les choses les plus importantes qu’un humain peut risquer après sa vie.

On vous insulte, on vous diffame, on vous dénigre, on attaque votre virilité, on vous censure, on vous harcèle vous et vos familles, on vous frappe sur les plateaux télé et dans la rue, mais vous êtes toujours là pour continuer le combat jusqu’à la victoire !

Vive la France !

Yann Merkado

Laisser un commentaire