Brésil : l’effrayant repli sur soi des tribus amazoniennes d’extrême-droite

La haine xénophobe identitaire a atteint l'Amazonie...

Ce rejet rance du multiculturalisme rappelle les heures les plus sombres de notre histoire… Vite, métissons-les !

 

Le territoire indigène Uru Eu Wau Wau, dans l’Amazonie brésilienne, subit la « pire invasion depuis des décennies », menaçant d’extinction trois tribus isolées, a dénoncé ce mercredi l’ONG britannique Survival. […]

 

Ces tribus, qui ne sont jamais sorties de l’isolement, se retrouvent ainsi exposées à des maladies contagieuses, comme la grippe ou la rougeole, voire menacées directement par les colons qui envahissent leurs terres et les privent de leurs ressources naturelles.

 

L’ONG cite aussi une lettre envoyée par la tribu Uru Eu Wau Wau (« Aigles Royaux »), à la Police Fédérale brésilienne pour dénoncer ces invasions.

 

« Nous sommes très inquiets parce que les invasions ont lieu à proximité des villages. La situation est gravissime et nous demandons le retrait immédiat des envahisseurs avant qu’il n’y ait des morts en cas de conflit en Terre Indigène », a réclamé la tribu, que le gouvernement brésilien a contacté pour la première fois dans les années 80. […]

 

Au Brésil, des rapports d’experts observent que 50 à 90% des tribus indigènes ont disparu dans les années 1970 et 1980 à cause des maladies causées par le contact avec le monde extérieur.

 

C’est pourquoi les autorités locales cherchent aujourd’hui à les préserver de toute relation directe, sauf en cas d’extrême nécessité.

 

Environ 900.000 indiens de 305 ethnies vivent encore au Brésil, sur une population de 204 millions d’habitants. Les terres indigènes représentent 12% du territoire du pays, la plupart en Amazonie, mais beaucoup d’entre elles n’ont pas été délimitées et ont été occupées par des colons.

 

Le Figaro

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article