Allemagne : les migrants auraient « pris le contrôle » d’une petite ville touristique

Combats, vandalisme, agressions et viols

Mise à jour : le titre serait exagéré par Atlantico.

Ce genre de situation ne peut que se multiplier avec le nombre croissant de migrants. Tout Français responsable doit s’armer et faire des réserves afin de pouvoir protéger son foyer et ses proches pendant ce type d’émeutes qui risquent de devenir notre quotidien, chose bien plus probable que le fantasme de la guerre civile totale.

Y.M.

 

La maire de Garmisch-Partenkirchen, une petite station de ski bavaroise, a demandé de l’aide à l’État de Bavière pour gérer une « situation explosive » créée par une recrudescence de criminalité de la part de migrants. Elle expose la situation de la ville dans une lettre qui a fuité dans la presse.

 

En effet, la maire, issue du parti social-démocrate SPD, se plaint de « très graves problèmes » et écrit que « l’ordre public et la sécurité » sont mis en danger s’il n’y a pas d’action rapide. Dans la ville, le Centre Abrams, anciennement une caserne de l’armée américaine, héberge aujourd’hui environ 250 demandeurs d’asile. Si l’année dernière la plupart d’entre eux étaient des familles syriennes, aujourd’hui environ 150 sont d’origine africaine, et 80% sont des jeunes hommes seuls. « La situation s’empire de plus en plus depuis plusieurs semaines autour du centre d’enregistrement Abrams », écrit-elle.

 

Les occupants actuels de l’installation sont devenus « problématiques » et posent des problèmes à « l’ordre public ».

 

La presse locale a rapporté des combats, des agressions contre les biens et les personnes, ainsi que des agressions sexuelles, notamment au sein du centre, bien que la police ne les a pas confirmés. Les plaintes des riverains se multiplient, et la maire précise qu’elles ne viennent pas de groupes d’extrême-droite. « Ils nous expriment leurs difficultés. Il y a de très graves problèmes avec les réfugiés à Garmisch-Partenkirchen. »

 

Atlantico

 

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Soutenez le site en partageant cet article