Alain Soral agresse Daniel Conversano, qui continue de débattre

La vidéo intégrale du débat et de l'agression + l'analyse en 2 heures
Share on FacebookTweet about this on Twitter

En enchaînant les points faibles de l’idéologie soralienne aussi vite que l’autre s’emballait, Conversano a montré toute la simplicité et la viabilité de la ligne identitaire de Suavelos.

 

Tel un enfant gâté contrarié et colérique, Soral sort de ses gonds et se jette sur lui. Il le frappe violemment au visage dans le but de l’effrayer et de le déstabiliser.

 

Mais contrairement à tout ce que Soral pense des « petits blancs dévirilisés » qu’il connaît visiblement aussi peu que les musulmans du quotidien, Conversano continue le débat et lui sort ses vérités en pleine face. Le maître du Logos vient alors lui latter les couilles, avant que les deux se fassent séparer. Conversano souhaitait encore continuer à parler, mais le « débat » s’est arrêté là.

 

Daniel Conversano a fait preuve de l’esprit Suavelos face à l’escroquerie de la Réconciliation nationale. Dans cette explosion lamentable de colère, le flegme de notre orateur gaulois a eu raison de cette ancienne génération sinistre d’une dissidence corrompue s’attachant maladivement à une manette qui ne fonctionnent plus.

 

Tout ce que trouve à faire Soral, en accusant Conversano d’inciter au génocide, à la guerre raciale et d’avoir poussé des gens à brûler une mosquée, c’est de le livrer en pâture à son public de racailles. C’est de la diffamation pure et simple, doublée d’un appel au meurtre à peine déguisé.

 

Yann Merkado

 

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter